Colchiques dans les prés - Comptine pour enfants origine et histoire

Dans: Infos Jeunesse Sur: Commentaire: 0 Vue(s): 1062

DEVA Jeunesse vous emmène à la découverte de l'origine et l'histoire étonnante d'une des plus célèbres comptines de la culture française: Colchiques dans les près!

Colchiques dans les prés, création par une chef scout

C'est l'imagination débordante de Francine Cockenpot, qui fût à l'origine de cette chanson initialement dénommée Automne. Pas loin de 800 chansons seront composées par cet auteure prolifique durant prés de cinquante années. Elle fût cependant co-produite avec l'aide de son amie scout Jacqueline Debatte qui publiait sous le nom d'emprunt Jacqueline Claude en 1943.

A l'origine la ritournelle Colchiques dans les près fut crée pour les jeunes scouts de France, puis connut un succès grandissant au fil des années. Enseignée dans les écoles primaires de France, elle fut d'abord sur les lèvres de tous les élèves d'après guerre, puis reprise trois décennies plus tard par le groupe anglais Sandrose dès 1971.

Francis Cabrel, Nana Mouskouri, Dorothée furent par la suite les interprètes français sur leurs albums respectifs, ce qui permit diffuser la chanson sur toutes les ondes. Puis en 1989 Le Trèfle, marque de papier toilettes l'immortalise dans un spot publicitaire qui se veut comique avec une cliente qui chante les colchiques dans un supermarché.

Francine Cokenpot fut qualifiée de sainte après sa réaction suite à une fâcheuse mésaventure : elle sera sauvagement agressée chez elle, un soir d'octobre 1985, elle perdit un œil après cette tragédie.

Elle survit blessée et handicapée à demi aveugle puis écrit un formidable livre intitulé "L'agresseur" ou elle adresse un pardon :

" Non pas le pardon qui oublie, mais celui qui se souvient pour aimer davantage. Pardonne-lui, parce que je te le demande et que le prix de ce pardon, je l’ai payé."

Les colchiques annoncent la fin de l'été mais...

L'origine du nom "Colchique" quant à lui vient d'une région au bord de la mer Noire appelée Colchide. La mythologie grecque nous indique que vivait dans cette région Médée, fille d'Aiétès. Une magicienne connue pour ses meurtres par empoisonnement avec des plantes toxiques, dont notamment la colchique. La plante est également appelé tue-chien pour sa grande toxicité, elle peut facilement tuer un homme selon la dose ingérée.

Par la suite dés le XIV ème siècle, avec les progrès de la médecine le poison contenu dans la colchique servit de remède contre la goutte, devenu un médicament anti-inflammatoire encore utilisé de nos jours.  

Ces plantes apparaissent pour une courte durée au printemps et annoncent la fin de l'été. Dés que les fleurs et les fruits émergent, la plante disparaît jusqu'au printemps suivant. Seules les fleurs font leur apparition en automne. De couleur vive violacé on retrouve la colchique surtout dans le bassin méditerranéen, c'est une espèce rare et protégée en France

Paroles de Colchiques dans les près 

Colchiques dans les prés fleurissent, fleurissent,
Colchiques dans les prés : c'est la fin de l'été

La feuille d'automne emportée par le vent
En ronde monotone tombe en tourbillonnant

Châtaignes dans les bois, se fendent, se fendent,
Châtaignes dans les bois, se fendent sous les pas.

La feuille d'automne emportée par le vent
En ronde monotone tombe en tourbillonnant

Nuages dans le ciel, s'étirent, s'étirent,
Nuages dans le ciel, s'étirent comme une aile.

La feuille d'automne emportée par le vent
En ronde monotone tombe en tourbillonnant

Et ce chant dans mon cœur, murmure, murmure,
Et ce chant dans mon cœur, appelle le bonheur.

La feuille d'automne emportée par le vent
En ronde monotone tombe en tourbillonnant

La Vidéo illustrée avec paroles 

Quand on connait toute l'histoire qui se cache derrière cette chanson, on apprécie d'autant les paroles.  La comptine est une lueur d'espoir, le texte est simple un véritable hymne à la vie. Le parcours de Francine Cokenpot, est telle une feuille qui subit le tourbillon du destin, malgré tout son coeur empli de clémence en appelle au bonheur... 

Commentaires

Laisser votre commentaire